Nombre total de pages vues

mercredi 4 septembre 2019

Fiche de lecture - Simone Weil - Note sur la suppression générale des partis politiques - 1942

Le 16 mai 1942, Simone Weil s'embarque avec ses parents pour les États-Unis mais, refusant de rester à New York, ville qu’elle ressent comme trop confortable en ces temps de guerre, elle fait tout pour se rendre en Grande-Bretagne où elle arrive en fin novembre 1942 ; elle travaille comme rédactrice dans les services de la France libre, où elle est chargée de rendre un rapport sur la situation morale de la France ; elle rédige plusieurs études sur la nécessaire réorganisation de la France une fois la guerre terminée, en particulier Note sur la suppression générale des partis politiques, Idées essentielles pour une nouvelle Constitution, sa très importante Étude pour une déclaration des obligations envers l'être humain, et son œuvre fondamentale, l'Enracinement.

Ce texte de la philosophe Simone Weil a paru pour la première fois dans la revue La Table ronde en février 1950. Il a été repris dans les Ecrits de Londres et dernières lettres, Paris Gallimard, 1957.



Résumé


Simone Weil écrit cette note d'une cinquantaine de pages pour critiquer le concept de parti politique, qu'elle voit comme un moyen d'éviter de penser par soi-même. Le fait de rentrer dans un parti, comme on rentre en religion, force l'individu à adhérer à toutes les pensées du parti, sans lui laisser la possibilité de choisir et de débattre sur ce positionnement arbitraire.

L'auteur souhaite et milite pour la suppression des partis. Les élus donneront leur propre opinion sur tel ou tel sujet, et ne rentreront pas dans la position dogmatique de la ligne unique du parti, seule alternative pour y demeurer. Les élus pourront s'associer et se dissocier selon le jeu naturel et mouvant des affinitiés contextuelles. "Combien de fois, en Allemagne, en 1932, un communiste et un nazi, discutant dans la rue, ont été frappés de vertige mental en constant qu'ils étaient en accord sur tous les points!" mentionne-t-elle dans sa conclusion!



Citations


"Le véritable esprit de 1789 consiste à penser non pas qu'une chose est juste parce que le peuple la veut, mais qu'à certaines conditions le vouloir du peuple a plus de chances qu'aucun autre vouloir d'être conforme à la justice."
" La passion collective est une impulsion de crime et de mensonges infiniment plus puissante qu'aucune passion individuelle. Les impulsions maivaises, en ce cas, loin de se neutraliser, se portent mututellement à la millième puissance."
"Pour apprécier les partis politiques selon le critère de la vérité, de la justice, du bien public, il convient de commencer par en discerner les caractères essentiels. On peut en énumérer trois: Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective. Un parti politique est une organisation construite de manière à exercer une pression collective sur la pensée de chacun des êtres humains qui en sont membres. La première fin, et, en dernière analyse, l'unique fin de tout parti politique est sa propre croissance, et cela sans aucune limite. Par ce triple critère, tout parti est totalitaire en germe et en aspiration. S'il ne l'est pas en fait, c'est seulement parce que ceux qui l'entourent ne le sont pas moins que lui." 
"Aucune quantité de pouvoir ne peut jamais être en fait regardée comme suffisante, surtout une fois obtenue. Le parti se trouve en fait, par l'effet de l'absence de pensée, dans un état continuel d'impuissance qu'il attribut à l'insuffisance du pouvoir dont il dispose. Serait-il maître absolu du pays, les nécessités internationales imposent des limites étroites. Ainsi la tendance essentielle des partis est totalitaire, non seulement relativement à une nation, mais relativement au globe terrestre."
"Les partis sont des organismes publiquement, officiellement constitués de manière à tuer dans les âmes le sens de la vérité et de la justice. La pression collective est exercée sur le grand public par la propagande. Le but avoué de la propagande est de persuader et non pas de communiquer de la lumière."
"Les partis sont un merveilleux mécanisme, par la vertu duquel, dans toute l'étendue d'un pays, par un esprit ne donne son attention à l'effort  de discerner, dans les affaires publiques, le bien, la justice, la vérité. Il en résulte que - sauf un très petit nombre de coïncidences fortuites - il n'est décidé et exécuté que des mesures contraires au bien public, à la justice et à la vérité. Si on confia au diable l'organisation de la vie publique, il ne pourrait rien imaginer de plus ingénieux."
"La passion collective est l'unique énergie dont disposent les partis pour la propagande exterieure et pour la pression exercée sur l'âme de chaque membre."



Aucun commentaire:

Publier un commentaire